Journal d'enregistrement de Gotch - Partie 4

Author Message
Who is online ?
  • Messages : 139
  • Users : 297
  • Latest registered user : orejindo
  • Visits today : 4
  • Total visit : 32438
Mirin Written on 7th August 2016 At 15:49:47
  • Administrator
  • Amateur
  • User since : 31st July 2016
  • Messages : 5
  • Location : France

Sur son tout nouveau blog Gotch.info, Gotch se livre à l'exercice d'écrire et d'expliquer à ceux qui le suivent, ses journées d'enregistrements, avec le groupe The Good New Times. Voici la première partie s'étalant du 13ème au 16ème jour.

Journal d’enregistrement - Jour 13

Enregistrement des chansons. Enregistrer des chansons en anglais est un peu différent que lorsqu’il s’agit de chansons en japonais. La raison principale en est que le ressenti et la façon d’appréhender le rythme et les intervalles entre deux notes divergent en anglais par rapport au japonais, mais c’est très difficile à expliquer. De manière relative, on aurait le sentiment qu’en japonais les intervalles et l’intonation des voyelles sont importants alors qu’en anglais, on accorde plus d’importance aux consonnes et à la vitesse.

Aujourd’hui, j’ai eu du mal avec les prononciations du S et du SH. On peut se demander en quoi c’est difficile mais c’est différent quand on le dit de quand on le chante. Les problèmes de prononciation sont complexes et il y a des cas où je fais un peu de manière pour prononcer L et R de manière distincte en anglais et où à l’inverse je parle d’un anglais très japonais. C’est très étrange.

Aujourd’hui, deux Américains et un Anglais nous ont prêté main forte et nous avons achevé l’enregistrement de 4 chansons. Pour l’instant en ce qui concerne le chant de la mélodie principale, ils me guident en adaptant leur anglais de sorte que des natifs trouveraient ça naturel  à l’oreille. Les Anglais et les Américains s’expriment différemment ; ça aussi c’est très amusant.
 

Journal d’enregistrement - Jour 14

Les 14 jours d’enregistrement sont terminés. Ce furent trois semaines tout simplement magnifiques. Je suis reconnaissant envers les membres du Gotch Band, du staff mais aussi de Chris et de Mike pour leur aide.

Pour la suite, Chris et Mike vont s’en aller du studio et nous allons nous occuper de l’enregistrement du chœur et du chant, à l’édition des chansons et au re-amp. Après cela, le mix down devrait être terminé à la fin du mois. Je me réjouis à l’idée que l’album soit bientôt achevé.

Cela peut sembler être un processus très long mais j’ai l’impression que la période d’enregistrement fut courte. De nos jours, il n’est pas rare de pouvoir finir intégralement l’enregistrement d’un album en une semaine mais je me dis que j’aurai aimé que cela continue encore une semaine de plus et avoir un moment pour me plonger dans l’enregistrement du chant. Cependant, poursuivre l’enregistrement plus longtemps pourrait poser de sérieux problèmes en matière de frais de studio et de coût de personnel.

Faire un album coûte de l’argent. Nous vivons dans une époque où l’on peut créer une musique spéciale avec des idées et un peu de budget mais la splendeur d’enregistrer de la musique en utilisant la sonorité particulière d’un grand studio quant à elle ne diminue pas d’un millimètre. Comme de grands studios ferment actuellement, le prix peut naturellement grimper. A l’opposé, le budget de création de musique s’est amoindri.

Ainsi j’ai lu aux infos qu’un célèbre studio new yorkais va fermer. John McEntire l’a dit lui-même : les grands studios du monde entier s’écroulent. On ne peut probablement pas aller contre le courant.

Malgré tout, ce serait bien si on pouvait protéger la culture du studio. Les gens se rassemblent, le niveau sonore augmente et on profite d’un moment magique et indescriptible. On enregistre. De nombreuses techniques collent aux gens et au lieu et en livrant ses techniques, l’art culturel qu’est une chanson enregistrée évolue. Pour les musiques réalisées uniquement via un laptop, ces techniques affluent véritablement, accompagnées d’autres éléments. Je ne veux pas négliger ce lien comme une chose relevant entièrement du passé.

Les belles consoles et les beaux micros des studios deviendraient de simples détritus si on les extrayait de la gestion des déchets. Après les avoir démontés et éparpillés, on ne peut pas leur redonner leur forme d’origine. Étrangement, même si on rassemble des pièces et éléments similaires, même si les circuits se ressemblent, on ne peut pas produire le même son. Il n’y a pas que les lieux et les personnes qui débordent de techniques et d’histoire ; il en est de même pour les machines des studios.

Il est trop tard pour se lamenter une fois que tout est perdu. Voilà pourquoi je souhaite enregistrer les beaux moments et les moments absurdes tout en m’accrochant à ces endroits.


Journal d’enregistrement - Jour 15

Comme nous avons fini d’enregistrement les parties chantées des chansons en anglais, nous enregistrons les paroles en japonais avec l’ingénieur Nakamura-san qui a l’habitude de travailler avec Ajikan. Nous avons utilisé un préamplificateur et un compresseur plutôt grands achetés spécialement pour l’occasion. Mais le montant des dépenses engendrées pour cet enregistrement est très élevé et la facture me fait peur.

Le travail se passe bien. Nous avons fini les parties chant de deux chansons.

 

Journal d’enregistrement - Jour 16

Enregistrement des chœurs. Aujourd’hui, j’enregistre avec YeYe et symoryo les chœurs des chansons en japonais. Comparé à l’époque de « LOST », une chanson qu’elle avait faite pour la première fois seule, la voix de YeYe a gagné en intensité. Elle apporte une touche colorée à ce travail de chœur qui semblait aussi aride qu’un vieux papy.

Je suis aussi très reconnaissant envers symoryo pour son aide. Son expérience au sein du groupe the chefs cooks me influe probablement sur sa compréhension d’un stereo imaging où plusieurs personnes jouent car il l’exécute efficacement. Évidemment, c’est aussi parce qu’il a un tempérament qui lui est propre.

☆ Chœur, synthétiseur, percussion, etc. : YeYe

Le dernier membre du groupe à présenter, c’est YeYe. Nous n’avons pas l’appeler à nous rejoindre durant la session avec Chris et les autres du fait du temps et des parties enregistrées. Néanmoins, elle m’aide beaucoup de par sa sensibilité et sa présence. YeYe a ses caractéristiques propres, elle n’est pas juste une fleur qui s’épanouit dans un groupe de vieux. Elle apporte la juste harmonie, sans se mélanger mais tout en s’adaptant.
Elle n’est pas timide et ça fait son charme. Par exemple, quand on demande à quelqu’un de jouer d’un instrument dont il ne joue pas, les personnes lambdas déclinent en disant « je ne peux pas le faire ». Ce genre de comportement s’observe également parmi les pros ; par exemple quand je demande à Kiyoshi de Ajikan de s’occuper des percussions, il répond qu’il n’est pas un pro des percussions et je finis par demander à quelqu’un d’autre. C’est peut-être parce qu’ils admirent trop les spécialistes de tel instrument mais en tant qu’individu, il laisse passer une nouvelle opportunité donc en général, il est difficile de dire si c’est quelque chose de bien ou non.
Cependant, YeYe accepte de tout faire. Sa mentalité peut s’apparenter à celle des Occidentaux qui se prétendent artistes dès le premier jour où ils jouent, mais c’est plutôt similaire à de l’aplomb et à de la témérité. Elle finit par avoir une façon de faire originale.

Beaucoup de personnes ont tendance à s’appuyer sur un système manuel et autoritaire mais on peut beaucoup apprendre de son attitude bien à elle.

Ensuite, nous allons organiser des lives à l’UST le 11 de chaque mois. Pendant 5 ans. Cette force de volonté est également un de ses charmes. Cette fermeté d’esprit est fantastique.

>> Yeye - Parade